Sélectionner une page

Les nouvelles recommandations 2013 sur la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH, élaborées par le groupe d’experts dirigés par Philippe Morlat, sont désormais téléchargeables sur le site du Ministère des affaires sociales et de la santé.

Les rapports d’experts sur « la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH » existent depuis 1990 et sont réactualisés tous les deux ou trois ans. Ils sont le fruit d’un travail collaboratif et pluridisciplinaire d’experts provenant d’horizons très variés (épidémiologie, recherche clinique et thérapeutique, sciences humaines et sociales, organisation des soins…)

Cette année pour la première fois, le Ministère de la Santé a confié la responsabilité de ce rapport au Conseil National du Sida (CNS) et à l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS). C’est le Pr Philippe Morlat qui en a assuré la direction.

Actualisation 2015 du rapport Morlat

240 personnes ont participé en 2013 à l’élaboration de ce rapport qui a notamment abouti aux recommandations suivantes :

PREVENTION :

  • Promouvoir une prévention combinée associant mesures comportementales, stratégies de dépistage et traitement antirétroviral,
  • Recourir à des dispositifs pilotes de mise à disposition des traitements pré-exposition (PrEP) chez des personnes séronégatives qui sont à haut risque de contamination par le VIH,
  • Prendre en considération le désir de conception naturelle d’enfants au sein des couples sérodifférents, sous réserve d’un contrôle virologique par le traitement chez la personne séropositive. C’est une alternative à l’assistance à la procréation médicale qui était auparavant la seule mesure préconisée.
  • Renforcer l’éducation à la sexualité en milieu scolaire mais également hors milieu scolaire, pour promouvoir la prévention du VIH et des IST en général.

DEPISTAGE

  • Réajuster les recommandations antérieures qui préconisaient un dépistage généralisé du VIH dans la population. Ainsi, les experts recommandent de proposer un test de dépistage dans les situations suivantes :
    • Devant une situation clinique ou biologique qui évoque l’infection,
    • Lorsque la personne appartient à un groupe où la prévalence de l’infection est élevée,
    • Lorsque la personne est sans test de dépistage récent, si l’occasion de réaliser un test se présente.

L’objectif est de réduire le nombre de personnes qui ignorent leur séropositivité, estimé actuellement à 28 000 en France.

  • Mettre à disposition plus largement les Tests Rapides à Orientation Diagnostique (TROD) notamment en dehors des lieux traditionnels de dépistage afin d’atteindre les personnes éloignées du système de soins.
  • Coupler le dépistage du VIH avec celui des hépatites B et C, et des IST.

TRAITEMENT

  • Mettre en place un traitement antirétroviral chez toute personne vivant avec le VIH. Il est à noter que jusqu’à présent des caractéristiques biologiques ou cliniques étaient nécessaires pour initier un traitement. Cette nouvelle recommandation s’appuie sur les nouvelles connaissances bénéfices/risques des trithérapies les plus récentes ainsi que sur la mise en évidence de l’intérêt majeur du traitement pour limiter la transmission du VIH.
  • Dépister, traiter et suivre les principales infections pouvant survenir chez les personnes vivant avec le VIH.

Le groupe d’experts a également travaillé sur de nombreux autres aspects de la prise en charge du VIH tels que l’organisation des soins dans ce domaine, la qualité de vie des personnes séropositives… Pour plus d’informations, Télécharger le rapport.

Le Calendrier de suivi du patient vivant avec le VIH, qui est fiche récapitulative des principaux éléments de la surveillance des Personnes vivant avec le VIH telle que préconisée dans le rapport Morlat est téléchargeable sur le site du Conseil National du Sida.

Share This