Sélectionner une page

Logo Santé Publique FranceLes données de surveillance de l’infection par le VIH en France, de 2010 à 2017, ont été recueillies auprès des laboratoires de ville ou hospitaliers (LaboVIH), ainsi que par le biais des eDO (sous-estimation des chiffres car sous-déclaration, données manquantes, délais de déclaration importants…) En voici quelques chiffres :

En 2017, 5.6 millions de sérologies VIH ont été réalisées (VS 5 millions en 2010) : il y a eu une augmentation de 12% de l’activité de dépistage. Le nombre de TROD réalisés en 2017 était de 55770 et il y a eu 73000 autotests vendus (pas de données supplémentaires sur les autotests).

On observe cependant une diminution du taux de séropositivité de 2.2 ‰ en 2010 à 2.0 ‰ en 2017.

Le nombre de découverte de séropositivité au VIH est stable (6424 en 2017 VS 6616 en 2010, données estimées). En 2017, 66% des découvertes de séropositivité concernent des hommes et  52% des personnes jamais dépistées auparavant (proportion stable depuis 2010). Parmi les 6424 découvertes de séropositivités en 2017, 56% (3600/6424) concernent des contaminations par voie hétérosexuelle, 41% (2600/6424) HSH et 2% (130/6424) par usage de drogues injectables. Parmi les découvertes de séropositivités par voie hétérosexuelles, 75% concernent des personnes nées à l’étranger.

Un tiers des découvertes de séropositivité au VIH sont tardives : 30% des diagnostics en 2017 sont à un stade avancé de l’infection par le VIH (stade SIDA ou CD4 < 200/mm3 hors primo-infections (proportion stable depuis 2013)).

Enfin, la co-infection VIH/IST a augmenté chez les HSH entre 2012 et 2017 (de 25% à 32%) alors qu’elle reste stable chez les personnes hétérosexuelles (6%).

Pour retrouver la totalité des chiffres, cliquer ICI

Share This